Poudlard's Land

Pour accroc aux Jeux de Rôles
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Retour en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ballian Scotch
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 425
Age : 28
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de personnage
Statut: Sorcier
profession: Elève de 5e année
Associations: Equipe de Quidditch de Serdaigle

MessageSujet: Retour en France   Sam 24 Nov - 3:11

Ballian arriva à Trascogne tard dans la nuit. Il posa sa valise devant la porte d'une maison pour le moins imposante. Manoir, villa, ou maison? Ballian n'avait jamais réussi à se mettre d'accord. Mais à peine avait t-il esquisser un geste vers la poignée que la porte s'ouvrit. Laissant place à un vieil homme qui cepandant brillait par son énergie et sa moustache aux airs de cornes de buffle. Il était habillé dans un costume noir serré comme ils se portait au début du siècle.

"Monsieur Scotch!! Je vous attendais !"

"Bonsoir François, comment vous portez vous?"


Ballian serra avec un ravissement non dissimulé la main du majordomme qui l'avait accompagner durant toutes ces années. François regarda Ballian de la tête au pieds, avec un air satisfait il hocha de la tête et l'invita d'un geste de la main à entrer. Rien n'avait changé, le lustre de l'entrée était toujours aussi brillant, le marbre du mur, toujours aussi froid, l'âtre rougeoyant de la cheminée n'avait rien perdu de son éclat et de sa chaleur depuis de longues années.

Ballian laissa sa valise dans l'entrée. François insistait pour qu'il en fasse le moins possible. Alors que généralement le majordomme laissait toujours Ballian l'aider dans ses différentes tâches. Pourtant ce soir, Ballian se vit accorder le seul droit de se reposer devant le feu infini qui brulait dans la cheminée. Quand le viei homme revint avec deux tasses de thé, Ballian se leva et l'obligea à s'asseoir, et lui servit son thé. Le majordomme lui, riait de la situation.


"Ballian, aujourd'hui vous êtes Monsieur de Bregnac."

"Bregnac ici, Scotch à Poudlard. Ma foi pourquoi pas?! Mais je reste Ballian."


Ils bûrent leurs thé en parlant de tout et de rien, la discussion alla des parents de Ballian jusqu'aux propriétés de la Baguette des Bregnac en passant par la culture des patates douces.

Ils parlaient encore quand le jour se leva. La discussion avait plongé Ballian dans un moment intemporel, et les premiers rayons du soleil le ramenèrent à une vision du monde bien plus vraisemblable. Il s'écroula sur le lit de la chambre d'amis, son lit étant trop petit pour l'accueillir désormais. Et Ballian ne rêva pas durant son sommeil, et ne fit aucun cauchemars.

A son reveil, François était parti au marché du village. Ballian fureta dans la demeure qui avait été celle de sa famille. Son père avait grandi ici, avant qu'il parte, lui et sa mère pour Paris. Ballian était souvent revenu voir ses grands-parents dans cette maison. Mais depuis leur mort, c'était François le véritable maître de maison.

Il poussa la porte du bureau de son grand-père. Son père avait coutume de lui raconté que l'ambiance de cette pièce n'avait jamais changé depuis le début. Cette ambiance Ballian la retrouva instantanément. Il se rappellai de ses jouets en bois qu'il faisait rouler sur l'épais tapis, il se souvenait de son grand-père noyé sous l'ocean de paperasse qui encombrait toujours le bureau. François amenant le thé, trainant derrière lui la grand-mère de Ballian qui venait prendre le thé avec son mari et son petit fils. Il se rappellait des rires, de la chaleur du poêle, la fumée du cigare de son grand-père.Mais si les papiers étaient toujours sur le bureau, beaucoup étaient devenus illisibles. Les jouets en bois que Ballian retrouva dans un coin de la pièce étaenit habités par une araignée et son garde manger. Le poêle était froid, et le soleil perçaitl à peine l'épaisse couche de poussière qui était posée sur les vîtres.

Ballian se laissa tomber devant le bureau dans le fauteuil de son grand-père. Il commença à chercher les papiers administratif qui l'avaient fait venir ici. Plusieurs parchemins tombèrent en miette quand il les souleva. Derrière l'un d'eux, il remarqua un petit tas de photographies. Ballian les regardat une à une. Ses parents lui souriaient, ses grand parents, et à sa grande surprise il découvrit une photo où il y reconnu son autre grand-mère, bras-dessus bras-dessou avec grand mère paternel. Il chercha son grand père Alfred des yeux mais ne le trouva nulle par.En revanche il y avait plusieurs personnes que Ballian ne reconnut pas. Une personne au tein grisonnant et pourtant fier parlait sombrement avec son grand-père paternel, et à côté d'eux jouaient deux enfants, une petite fille de 5 ou 6 ans disputait un dragon de bois au petit Ballian. Quelque chose l'intriguait dans cette fillette qui lui volait son dragon, ce petit sourire fier, cette volonté de manipuler un plus petit qu'elle. Mais Ballian s'attendrit devant la situation banale de deux enfants qui se chamaillent. Mais la question se posa.


*Qui est-ce? Cette petite fille... Je la connais... J'arrive pas à mettre un nom sur son visage. Mais je suis sûr de la connaître.*

Ballian resta longtemps à se concentrer sur le visage de la fillette. Quand François rentra du marché, soit trois heures plus tard, Ballian n'avait pas quitté des yeux la photographie. Il se leva arrachant la photo à ses semblables. Il s'avança dans l'entrée. François enlevai ses énormes bottes en caoutchouc qui lui montait jusqu'en dessous de son bermudas de touriste. Puis il remarqua Ballian quand il eut enlever la grosse doudoune qui l'enrôbait.

"Désolé Ballian, mais les moldus s'habille d'une manière tellement étrange."

"Ne vous en faites pas pour ça, mais dites moi François, est ce que vous pouvez me dire qui est cette petite fille?"


Le majordome sortit sa baguette et d'un coup de poignet retrouva ses habits habituels, puis il s'avançat vers ballian se munissant d'une loupe. Son observation fut de courte durée, puis avec un air satisfait il se tourna vers Ballian.

"C'est Eileen Prince, votre cousine."

Le majordome se retourna pour aller vaquer à ses occupations domestiques auxquelles il tenait tant.

"Comment?!"

François se retournat, et d'une manière tout à fait crédule lui assura que c'etait bien Eileen Prince et que c'était sa cousine.

"Son père est l'un des nombreux frères de votre grand-mère. Par exemple ici, vous pouvez voir l'un de vos oncles, c'est l'ainé de la famille Mills. Et c'est aussi celui qui éleva Mademoiselle Prince."

Il posa son doigt sur l'homme avec lequel discutait le grand père de Ballian.

Ballian ne croyait pas François. Eileen et lui seraient cousins. Ballian avait beau retourner la situation dans tout les sens, la certitude du majordome le poussait de plus en plus à admettre les liens qu'il avait avec Eileen.

Ce jour là Ballian ne mangeat presque rien, il avait plié la photo et l'avait fourré dans sa poche.Les yeux perdus dans les flammes de la cheminée, la seule chose qui l'arracha à sa reflexion fut le huhullement d'un hibou.


"Ballian, vous avez un message." François venait de lui apporter, poser sur plateau d'argent, une lettre.

"Il faudra me dire comment vous faites pour receptionner les hiboux avant qu'il ne trouve le véritable destinataire de la lettre."

"Celà c'est un secret bien gardé entre la Guilde de Régulation des Hiboux et la Corporation des Majordomes."

Ballian venait de decacheté la lettre. Il se perdit dans sa lecture et ne vit pas François repartir. C'etait une lettre du Commandant Liona, lui demandant de venir lui rendre visite le plus tôt possible à Paris. Ballian réflèchi quelques instant, puis se leva.

"François! Je pars pour Paris!"

_________________
[Force et Beauté]



Dernière édition par le Ven 14 Déc - 2:35, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ballian Scotch
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 425
Age : 28
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de personnage
Statut: Sorcier
profession: Elève de 5e année
Associations: Equipe de Quidditch de Serdaigle

MessageSujet: Re: Retour en France   Sam 24 Nov - 3:12

La Ville Lumière, le portoloin que Ballian avait emprunté l'amena sur le toit d'un batiment imposant. A peine était il sorti de la cabinne d'apparition qu'il se perdit dans une foule énorme. Apperement aménagé sur un batîment Moldu, le centre de la RATP (Résau d'Apparition Trans-Polis) se perdait dans une sorte de labyrinthe de tuyau de toute les couleurs.Il se dirigea d'un pas ferme vers l'entrée d'un gros tuyau rouge. Ballian se fondit dans la masse de Moldu qui ne s'étaient pas rendu compte de son apparition en plein sur le Boulevard des Champs-Elysés. Toujours sur le même pas Ballian se dirigea vers l'Arche de Triomphe, se faufilant entre des groupes de touriste asiatiques. Une lumière bleue l'envelloppa, et avec un flash la lumière disparue. La place de l'Etoile était vide. Il s'avança jusqu'à la tombe du soldat inconnu. La flamme était droite. Il n'y avait aucun vent. Les voitures moldues avait disparues avec le flash. Aussi loin qu'il puisse voir. Il ne vit personne autour de lui, Paris était vide. Il posa son sac contre l'une des gigantesques colonne.

Des pas approchèrent en résonant sous la voute de l'édifice. Ballian se leva. Un sorcier, au visage sans âge, s'avançat vers lui. Seuls ses cheveux qui commençait à être blancs trahissait la cinquantaine du Commandant Liona. Il rangea sa baguette dans le gilet de cuir qu'il portait sous sa redingote. Le gilet était renforcé par plusieurs couche de kevlar. Une découverte scientifique que moldus et sorciers partageaient. Le manteau descendant jusqu'au genoux, laissait la place à un pantalon noir et assez ample qui était lui aussi agrémenté de plaque de Kevlar.


"Ballian! Content de te voir!"

"Bonjour Commandant..."

"Appelles-moi Richard."


Ballian se fit broyer amicalement la main par l'ancien collègue de son père.

"Tu aimes mon bureau??" Il écartait les bras, lui montrant le Paris vide qui s'étalait devant eux.

"Je crois m'en rappeller, je suis déjà venu avec mon père. C'était il y a longtemps."

"Mmmh bien. Je t'en prie assis toi."


Ballian attrappa sans la voir le fauteuil qui était apparu derrière lui. Liona lui se laissa tomber sur une simple chaise. Néanmoins un luxueux bureau Louis XIV apparu entre eux. Si le bureau de son grand-père était bordèlique, celui-ci était le rangement incarné. Tout était classé, et soigneusement agencé sur l'espace de travail. Le Commandant des Chevaliers Républicain regarda Ballian avec un air sombre. Il avait perdu tout sourire quand il reprit la parole.

"Je m'inquiète pour toi Ballian."

Ballian soutint le regard.

"La famille Bregnac a un passé mélé à l'histoire de France, et beaucoups d'ennemis. Tes agresseurs a Poudlard...

Ballian releva la tête, se concentrant avec interêt sur les prochaine parole du Commandant.

"Sais-tu pourquoi ils veulent ta baguette?"

"Je n'en sais rien... Il la veulent en tout cas, ça c'est sûr. Cepandant je crois pas qu'il soient près à me tuer pour ça."

"Tu as raison Ballian, ils ont besoin de toi."


Mais Ballian en pensant aux méthodes de ces sorciers de l'ombres lui rappella le sort qu'il avaient jeté vers Mina.

"En revanche, ils sont près à m'isoler."

"Il y a en toi, dans ton sang. Et dans la magie qui habite ta famille un pouvoir qu'il convoitent. Car ce pouvoir est le fondement de leur mouvement."


"Il ne faut pas qu'ils s'en empare."

"C'est sans doute le mieux pour ta sécurité."

"Ma sécurité... Je ne pensais pas à ça. Commandant... Richard ce sont eux qui ont tué mon père. Votre ami..."


Le commandant haussa un sourcil le temps d'un rictus empreint de mélancolie.

"Tu as 16 ans. Que veut tu faire contre eux? Ne t'emballes pas."

Ballian sauta du fauteuil.

"Je ferais tout."

"Tu cherche à te venger Ballian. Celà pourrait te renforcer, mais tu n'est pas de taille. La vengeance est un plat qui se..."

"Arrettez de me faire la morale! Lupin me l'a déjà faites, et il est beaucoups plus crédible que vous..."


Ballian s'était lever, il parlait sans haine, mais avec un enervement impressionant. Il faisait les cents pas sous l'Arche de Triomphe. Le commandant lui n'avait pas bougé d'un pousse. Néanmoins le son de sa voix changea.

"Rémus John Lupin ?"

Ballian ne se retourna pas vers lui mais parla distinctement.

"Lui-même, pourquoi?"

"Oh non... Pour rien."


Le commandant Liona se leva et marcha doucement dans la direction de Ballian.

"Ballian je ne sais pas si tu saisi bien la situation. Mais je comprendrai que tu ne comprenne pas tout. Tu n'as que 16 ans. Ce qui te laisse à leur merci. Je vais devoir t'apprendre quelques trucs... Vient ici."

Ballian sortit sa baguette et rejoignit Liona au centre de la place. Le bureau et les fauteuils avaient disparus.

"Bien, donne moi ta baguette."

Ballian eut un geste de recul. Mais il la lui tendit.

"Maintenant reprend la moi."

Ballian leva un sourcil. Il n'avait pas l'ombre d'une chance face à Liona. C'était un Chevalier Republicain, et ce depuis plus de 20 ans. Même en mettant en oeuvre les differentes techniques que son père lui avait enseigné il ne pourrait pas récupérer sa baguette.

"Tu attends quoi?"

Ballian se lança contre Liona. Il lui enfonça son poing de toutes ses forces dans les côtes, espèrant coupé la respiration de son adversaire. Mais son poing heurta avec violence la couche de Kevlar. Liona ne bougea même pas. Ballian retira son poing en gémissant.

"Quelque centimètre plus haut et je l'aurai peut être senti..."

Alors que Liona le narguait Ballian frappa aussi fort que possible mais sur son poignet, entre la couche de Kevlar et le gantelet du commandant. La baguette d'argent volla dans les airs. Ballian la chopa d'un geste vif au passage.

"C'est très bien Ballian. Victor n'a pas perdu de temps avec toi..."

Celà faisait longtemps que Ballian n'avait pas entendu le prénom de son père. Il y avait dans la voix et le ton de Liona un mélange de dépit et d'impatience. Il releva la tête, félicitant Ballian.

"Bien passons à l'étape suivante..."

Liona sortit une dague de sa veste.

"Défend toi Ballian."

Et il se lança sur lui, avec un geste ample et fluide. Ballian sentit ouvrir une lègère coupure sur le dessus de sa main.

"On arrête, mon père ne m'a jamais instruit de cette manière..."

Liona faisait des petit bond sur place. Il avait l'air surexité. L'instant d'après la lame était à un cheveux de la gorge de Ballian.

"Pas très vivace le Bregnac..."

Il y avait une lueur de démence dans ses yeux.

"Ecoutez, si c'est pour ça que vous m'avez fait venir. Je préfère rentrer à Poudlard."

"Non Ballian n'y retourne pas! Pas maintenant..."

"Vous n'avez pas l'air dans votre état normal."

"La mort de Victor m'a beaucoup affecté Ballian. On s'entendait bien."

"C'est ce que j'ai cru comprendre."


Liona tournait lentement autour de Ballian.

"C'est le meurtre que j'ai eu le plus de mal à commettre."

"Quoi?" Ballian avait mal entendut.

"ENDOLORIS!!"

Ballian tomba au sol, la main crispée sur sa baguette, il aurait voulu hurlé mais il était paralysé. Tout n'était que douleur. Chaque parcelle de son corps le brûlait au plus haut point.

Liona, tournant autour de Ballian, mis fin au sortilège.

"Vous... vous..."

"ENDOLORIS!!"


La douleur revint plus intense que jamais.

Alors que Ballian hurlait sans qu'aucun son ne sorte de sa gorge, Liona s'accroupit près de lui, le sourire au lèvres. Ballian tomba à ses pieds quand le sortilège pris fin.

"Ballian je doit te former, mais il faut que tu me donne ta baguette."

Il suffoquais mais il articula péniblement le fond de ses pensées.

"Allez vous faire voir Liona..."

"Aaah Ballian tu n'as toujours pas compris... Tes agresseurs de Poudlard, je les ais retrouvé."


Il tira Ballian par le col.

"Je te présente Lacroix, c'est apperement elle qui a testé l'efficacité de ton "Deserticis". A droite c'est Eguic. Que tu as déjà vu."

Ballian rouvrit les yeux. Il vit plusieurs silhouettes, puis quand ses yeux lui permirent de voir dinstinctement les choses, Ballian reconnu en la personne de Eguic l'homme barbu sur lequel il s'était jeté au terrain de quidditch. Tous, il étaient tous là. Il portaient des habits semblables, tous crades, tous communs. Liona terminait les présantation.

"Quand à Gustavson je crois que c'est lui qui a eclater ton pauvre plastron de quidditch."

Sur ce, il le jeta au milieu du cercle que ces hommes et ces femmes formaient autour de lui. Liona légèrement en avant pointa sa baguette sur Ballian.

"Donne moi ta baguette Ballian."

Liona n'attendit meme pas une seconde.

"Preudom Celeste"

La boule de feu que Ballian avait tant revu dans ses rêves sortit de la baguette du commandant pour se jeter à pleine vitesse sur son avant bras. Il y'eu comme un coup de tonnerre. Localisée, la douleur arracha à Ballian une larme qui s'évapora aussitôt. Le bras de Ballian était en feu. Sa chaire brûlait, il voyait ses muscles qui subissait l'assaut de flammèches dévastatrices, sa peau avait fondue, et dans quelques minutes son bras ne serait plus que des cendres, laissant le reste intact. Mais il serrait de toutes ses forces sa baguette. Il ne la lacherai pas. Il y'eut une autre détonation, le feu cessa. Le bras de Ballian était simplement brûlé, comme brûlé avec de l'eau chaude. Il n'avait pas laché sa baguette.

"Tu vois Ballian, je choisis l'état dans lequel je pourrais laisser ton bras. Donne moi ta baguette."

Après plusieurs tentatives Ballian s'effondra, sombrant dans l'inconscience. Liona enragea.

"Non! Bordel!!"

Gustavsson s'avança vers Liona.

"Liona, on peut lui prendre sa baguette maintenant."

Liona se retournat violemment.

"Arl la prochaine fois que tu parle, essaye de dire quelque chose d'utile. On ne peut pas lui prendre. Le plan ne fonctionnerai pas sinon..."

Un murmure de désapprobation s'eleva du groupe de sorciers.

"Qui décide du plan ?! On vous suis commandant, depuis longtemps! Pour que la Magie survive. Mais nous devons savoir."

Liona enrageait. Et alors que ses tortionnaires se disputaient entre eux, Ballian restait là. Laissé pour inconscient sous l'Arche de Triomphe, chez celui qui aurait dû le proteger.

Ses pensées n'étaient que rumeur et douleurs, et s'il en eut une seule de censée, cette pensée serait pour Dumbledore.


*S'il vous plait*

_________________
[Force et Beauté]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucius Malfoy
Mangemort
avatar

Nombre de messages : 38
Age : 45
Date d'inscription : 16/11/2007

Feuille de personnage
Statut: Sorcier
profession: Aucune
Associations: Mangemorts

MessageSujet: Re: Retour en France   Mar 27 Nov - 22:14

Il y eu une furtive lumière.
"DESCRAC ! "
Une dizaine de silhouettes encapuchonnées venaient d'apparaître de nul part. Lucius Malfoy en tête de la troupe. Il donnait de des ordres furtifs et les mangemorts s'éxécutaient avec une précision hors du commun.
" Bella ! Reste en arrière ! "
Une des silhouette, semblable à une ombre fit volte face et jeta dans l'air un rire démentiel lorsque son Avada Kedavra toucha de plein fouet un membre du camps adverse.
"Junior ! Regroupe les !"
L'homme se métamorphosa alors en un imposant cobra. Celui ci glissait sur le sol à une allure déconçertante évitant les sorts, et forçant les cibles à se regrouper sur un petit espace.
"Arata Erpente !"
Le meneur avait aboyer le sortilège et avait envoyer deux adversaires a plus de 4mètres. La situation était sous control. Tout se déroulait parfaitement. Dans moins de deux heures ils seraient tous morts et la mission confiée par le Lord aura été menée à bien.
Lucius jeta un coup d'oeil autour de lui pour s'assurer que ses troupes allaient bien. Junior avait reprit sa forme humaine et s'amusait avec un petit homme apparament sous l'emprise du Doloris. Bella quant à elle boudait dans un coin, certainement parcequ'elle n'avait pas tué autant qu'elle le désirait ce soir. Un peu plus loin... Karkaroff tenait Liona en respect et s'apprêtait à lui affliger le coup fatal. Malfoy fit un bon en avant.
"NON !! Karkaroff, il est à moi !"
A peine avait il prononcé ces mots qu'un sort puissant le jeta à terre. Sa capuche glissa lentement de sa tête, découvrant ses cheveux blonds et son visage endormis. Karkaroff avait abandonné sa cible et plusieurs mangemorts s'étaient précipités autour de Lucius, gisant inconscient sur le sol. La dernière chose qu'il entendit ce fut un murmure prononcé par Severus...

_________________
________
___________
________________


Arthur, a quoi bon déshonorer la fonction de sorcier si on ne vous paie même pas bien pour ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séverus Rogue
Professeur
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 47
Date d'inscription : 13/11/2007

Feuille de personnage
Statut: Sorcier
profession: Professeur de Potions
Associations: Ordre du Phénix / Mangemort

MessageSujet: Re: Retour en France   Mar 27 Nov - 22:35

Severus avait immobilisé 2 sorciers. La bataille était à son sommet lorsque le silence retentit. Liona était en pleine confrontation avec Karkaroff. Lucius venait de prendre un mauvais coup. Les mangeprmorts avaient lâché leur cibles pour comprendre ce qui venait de se produire. Bellatrix avait réagit la première. Déjà sur le sol, elle avait posé la tête de Lucius sur ses genoux et ne cessait de répéter qu'il fallait rentrer, qu'on ne pouvait pas rester là ! Rogue acquiessait en scrutant le tour de la place. Ils ne courraient aucun risques en partant maintenant. Il posa son regard sur Lucius qui regardait quelque chose un peu plus loin. Severus fut certain de le reconnaître. Un élève de Poudlard. Scotch si sa mémoire était bonne. Que venait-il faire au milieu de la France ce soir, entouré par une bande de fous aussi traîtres que les mangemorts eux-même ?! C'est à ce moment que Lucius perdit totalement conscience. Il prit alors la décision et chuchotta.
"Tuez le gamin !"
Severus prenait les commandes. L'adversaire était en minorité, 80% de leurs membres étaient inconscients sur le sol. Quelqu'uns étaient certainement morts d'ailleurs. Restait Liona et ses plus fidels partisants. Aucun d'eux n'auraient osé s'approcher du groupe d'ombres qui s'était regroupé autour du corp de Malfoy. Severus n'avait pas d'autre alternatives. Il avait prit un risque fou en donnant ce dernier ordre. Et il était certain que quelqu'un aurait l'inconscience de défier son autorité. Ce qui fut le cas. Une fine silhouette, moins imposante que les autres, enveloppée d'une longue cape émeraude et le visage dissimulé dans l'ombre de sa capuche s'avança.
"Certainement pas ! Ce serait de la folie. On l'emmène et on avisera au Manoir."
Severus eut l'air particulièrement contrarié mais ne broncha pas.
Il pointa sa baguette en direction du garçon :
"IMPERO !"
C'est alors que Bella d'une voix suppliante attira l'attention du Mangemort, elle retira sa main de l'épaule de Lucius, laissant apparaître un épais filet de sang...

_________________
___________________________


Je pourrais vous apprendre à mettre la gloire en bouteille,
distiller la grandeur, et même à enfermer la mort dans un flacon.
Si vous étiez autre chose qu'une bande d'ignorants, à qui je dispense habituellement mes cours.



Dernière édition par le Jeu 29 Nov - 1:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ballian Scotch
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 425
Age : 28
Date d'inscription : 25/09/2007

Feuille de personnage
Statut: Sorcier
profession: Elève de 5e année
Associations: Equipe de Quidditch de Serdaigle

MessageSujet: Re: Retour en France   Mar 27 Nov - 23:11

Des lumières dansaient devant les yeux de Ballian, et ce n'est que quand le visage ensanglanté de Gustavson obstrua son champs de vision qu'il fut de nouveau happer par le réel. C'était une bataille. Une légère fumée flottait au dessus du sol. Ballian était en dehors de tout ça. Il se traina douloureusement contre un pilier du monument.

Il y'eu un éclair de lumière. Il se distingua parmis tant d'autres, donnant soudainement un brin d'humanité à unes de ses ténèbreuses silhouettes. Une longue mèche de cheveux avait surgie de derrière le masque terrifiant que tous portaient. Donnant à Ballian le temps de reconnaître Lucius Malefoy avant de voir son pâle visage tomber au sol.

*L'homme du ministère?!*

Le calme revenait peu à peu. Une forme sombre passant soudainement devant ses yeux, l'homme s'effondra lourdement contre le pilier d'en face. Ballian se tourna dans la direction opposée. C'était Liona. A bout de souffle le meurtrier de son père avait gagné son duel. Ballian sentait son coeur battre dans sa poîtrine, ses mains tremblaient quand elles empoignèrent sa baguette d'argent. Il allait combattre. Mais Liona fut pus rapide.

"Experlliarmus!"

La baguette de Ballian tomba simplement sur ses pieds.

"A bientôt Ballian..."

Il y'eut un éclair bleu et Liona avait disparu, ne laissant qu'un nuage de fummée et une plumme comme seul trace de son passage.


Ballian ramassa sa baguette et la rangea dans sa veste.
Soudain il y'eut se leger picotement le long de sa nuque. Ballian sentit le poids du regard de l'homme sur lui. Il se retournat doucement. Un souffle envahit soudain son esprit.
Il n'avait pas entendu la voix de l'homme, mais il sembait certains de déjà la connaître.

_________________
[Force et Beauté]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séverus Rogue
Professeur
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 47
Date d'inscription : 13/11/2007

Feuille de personnage
Statut: Sorcier
profession: Professeur de Potions
Associations: Ordre du Phénix / Mangemort

MessageSujet: Re: Retour en France   Mer 28 Nov - 21:19

La silhouette qui s'était interposée lors de la dernière revendication s'était approchée du garçon. Séverus, d'une froideur inhumaine scruta les alentours à la recherche d'éventuels témoins. Personne. Il ordonna à Bellatrix de transplaner avec son beau frère. Bientôt les autres les suivirent jusqu'à la demeure de Lucius. Il ne restait que trois ombres, comme trois livres rangés dans le mauvais rayon par erreur. Il s'approcha des deux protagonistes immobiles. Il siffla entre ses dents :
"Prenez lui la main et accrochez vous à moi, nous transplaneront ensemble."
Une fine main blanchâtre apparu sous l'épaisse et longue manche de velour vert, et agrippa la main du Serdaigle. Puis la deuxième vint s'attacher au bras du professeur. Celui-ci soupira légèrement.
*Vous me le revaudrez. Je peux vous l'assurer.*
Sous la capuche, Severus devina un "oui" approximatif de la tête.

_________________
___________________________


Je pourrais vous apprendre à mettre la gloire en bouteille,
distiller la grandeur, et même à enfermer la mort dans un flacon.
Si vous étiez autre chose qu'une bande d'ignorants, à qui je dispense habituellement mes cours.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour en France   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour en France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» retour au travail....
» Le 23 mai Varadero me voilà/et c'est grâce à vous/retour à la réalité
» Est-ce que quelqu'un a vu le retour de Nounou McPhee
» Retour maison
» Retour 3D' S-Pagne...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard's Land :: Et à l'Exterieur de Poudlard..? :: King's Cross-
Sauter vers: